Les inspis pour Singularités : la série Debris

Bon, on vous en parle, limite en spoilant un peu, parce que de toute façon, Debris, la série de Joel H. Wyman, le créateur de Fringe (dont on reparlera ici, d’ailleurs) a été annulée après la première saison, n’ayant pas réussi à convaincre le public de NBC.

Debris est donc une série de télévision de science-fiction en 13 épisodes sortie en 2021. Des débris d’un vaisseau spatial extraterrestre sont tombés sur la Terre au cours des six derniers mois. Un groupe de travail international est formé pour identifier et collecter ces objets, les Debris, qui trainent désormais un peu partout, car ils ont des effets paranormaux sur l’environnement, les animaux, les humains, et ces effets sont d’ailleurs parfois mortels. La série suit le duo d’une équipe américaine : Bryan Beneventi, agent de la CIA, et Finola Jones, agent du MI6, dans leur traque de ces artefact, avec derrière eux toute une équipe d’intervention très bien équipée et organisée. Mais il y a aussi d’autres individus, nations et factions qui cherchent les pièces pour elles-mêmes. Et bien sûr, le but de tout ce monde (enfin, presque) est que le grand public ne soit au courant de rien.

 

 

On réalise très vite plusieurs choses dans la série : si Bryan Beneventi est un vétéran de guerre avec un PTSD lié aux Debris qui a l’air de bien peser lourd, Finola Jones, elle, est la fille de l’astrophysicien qui a découvert l’arrivée du vaisseau extraterrestre et qui est censé être lui aussi mort, en se suicidant six mois plus tôt. Et si ce n’était que cela… Déjà, on s’en doute bien, il y a une course à la technologie entre les différents états pour récupérer en premier les Debris (et même se les échanger), ce qui rajoute une belle dimension complot géopolitique. Ensuite, il y a une organisation secrète, hors-nations, Influx qui, non seulement elle aussi court après les Debris, mais semble avoir de sacrées longueurs d’avance sur comment les comprendre et les exploiter. Enfin, de par la nature même des étrangetés des Debris, on comprend vite que faut pas donner foi à la réalité : des morts qui ne le sont pas, malgré qu’on ait trouvé le corps sans le moindre doute, des gens qui sont ici alors qu’ils sont ailleurs, et même des soucis de croisement entre multivers.

Le principe de la série, c’est : le Debris du jour, avec un cas où durant trois épisodes, le même Debris va causer des effets qui vont être au cœur de l’intrigue. Et l’intrigue en parallèle est simple : d’une part, qu’est-ce que les nations font de ces Debris, que cherchent-ils à retrouver ou recomposer ? Qu’est-ce que Influx cherche lui-même, qui semble avoir comme politique que les Debris doivent être révélés au grand public sans rien cacher ? Et très vite, on comprend que Beneventi et Jones sont non seulement impliqués, mais vont devoir tricher avec leur propre hiérarchie pour comprendre enfin la nature du complot géopolitique dont ils ne sont, à la base, que des instruments de l’une des factions.

Franchement, Debris est très, très bon. Intelligent, flippant, d’une ambiance en générale inquiétante, les personnages principaux n’ont rien de super-héros, ils sont juste compétents et ont été choisis pour leur efficacité et leur fiabilité (relative, hein, parce que ça va vite déraper) et les confrontations avec les Debris donnent vraiment une dimension d’incompréhension presque cosmique : ces machins sont de la technologie, oui, clairement… mais à un tel degré d’écart avec la nôtre qu’on peut citer sans hésiter Arthur C. Clarke : « Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. » On y retrouve tout le coté improbable et menaçant de la série Fringe, mais avec autrement plus de moyens et une bien plus grande richesse d’écriture et de mise en scène.

Sauf que bon, la série n’a pas fonctionné… Alors on aura qu’une seule saison, mais que je considère comme une excellente inspiration pour des aventures de Singularités. Des enquêteurs dotés de moyens et d’une certaine compréhension d’un sujet paranormal, doivent endiguer des menaces imprévisibles, que tous leurs moyens et leurs compétences ne leur permettent pas d’anticiper. Alors, ben, si vous la trouvez, foncez… vu que la série est annulée, je pense que tenter de la tipiakiser sur internet n’est pas trop dramatrique…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :