Finances & dotations des Schattenjägers

Bon, qu’est-ce qui est presque plus chiant à faire que des mécaniques de jeu ? Des listes d’équipement ! Ceci dit, si c’est un passage obligé pour un univers de jeu de rôle de science-fiction, une bonne partie des équipements et possessions d’un héros de Singularités sont fournis à la création du personnage, histoire de faciliter la vie de tout le monde.

Le chapitre Équipement & Possessions viendra donc plus tard ; c’est un gros morceau qui est actuellement en cours de rédaction… quand j’ai le courage !

Mais ci-dessous, voici un petit résumé des moyens financiers par classe sociale et des monnaies et échanges au 23ème siècle, histoire d’avoir des points de repères et de savoir de combien dispose un Schattenjäger à la création du personnage pour faire son trousseau et sa garde-robe.

PS : il y a quelques incohérences d’informations avec un ancien article sur les systèmes monétaires au 23ème siècle… bienvenue dans le monde merveilleux de la création d’un univers de jeu de rôle, où certaines idées doivent être revues et modifiées par la suite… Promis, on corrige tout ça au fur à mesure, c’est le but !

Les salaires

Le dividende universel, parfois appelé revenu de base ou encore allocation universelle, est une somme d’argent versée par les autorités d’état à tous les citoyens, sans conditions de ressource, ni obligation ou absence de travail. C’est, en clair, une base de revenu de vie à laquelle s’ajoutent tous les salaires et rémunérations que peut toucher un citoyen.

Le Dividende Universel est, en moyenne de 1200 à 2500 C par mois. Dans la plupart des nations développées de l’UNE, il est perçu par tout individu, chez les uns dès sa naissance, dans d’autre à sa 16ème ou 18ème année (à sa 21ème année en Australie) et dure jusqu’à sa mort. Par défaut, il est fixé comme norme par l’UNE à 2500 C, même si, dans les faits, il n’est établi à ce taux que dans une partie de l’Union Africaine, les UAO, l’Empire de Chine, la Fédération Pacifique et une partie de l’Union Européenne, plus quelques petites nations comme le Liban ou la Californie.

Bref, 2500 C par mois, comme Dividende Universel, c’est le haut du panier. Pour la majorité, c’est entre 1200 et 2000 C, ce qui dépend coût de la vie et de l’indice des prix local : le prix d’un panier de courses n’est pas le même entre le Costa-Rica et l’Atlantide. Ceci dit, dans certaines nations peu regardantes sur le social, le Dividende Universel permets juste de ne pas sombrer sous le seuil de pauvreté.

2500 C, ça a a l’air beaucoup, mais le Dividende Universel, comme tout salaire, est taxé, en moyenne à 50% (protection sociale, assurances, impôts et charges divers), ce qui laisse 1250 C pour vivre. Cependant, ceci suffit bien à un individu seul, qui peut même compter jusqu’à 200 à 300 C d’économies chaque mois sans trop se priver.

Un salaire s’additionne donc au Dividende Universel. Si un individu touche un salaire de 3500 C dans une nation à 2500 C de Dividende Universel, en fait, l’entreprise qui l’embauche paye réellement 1000 C.

Dans les nations avec un Dividende Universel de 2500 C, un salaire mensuel de base est de 3000 C. Le salaire mensuel moyen des Schattenjägers est de 5000 C. C’est le salaire des agents spéciaux de l’UNADP. À noter que l’écart entre les plus bas et les plus revenus au 23ème siècle et autrement plus faible en moyenne que celui du 21ème siècle. La moyenne d’écart de salaire entre les bas salaires et les plus hauts salaires dépasse rarement un rapport de 1 à 25, même si quelques patrons des plus grands Consortiums peuvent atteindre des salaires à x40 et plus.

Référence des niveaux de vie par salaires :

Salaire Niveau de vie salaire Niveau de vie
1250 C Seuil de pauvreté 7 500 C Classe de confort
2500 C Dividende Universel 12 000 C Classe privilégiée
3000 C Classe populaire 25 000 C Classe dirigeante
5000 C Classe moyenne 50 000 C + Classe possédante

Les classes sociales au 23ème siècle

  • Classe populaire : ouvriers, techniciens, artisans, employés de commerce, artistes, chauffeurs, etc…
  • Classe moyenne : agriculteurs, chefs de petite entreprise, professions médicales, ingénieurs, techniciens du Projet Atlas, ouvriers spatiaux, forces de police, personnel de l’éducation, etc…
  • Classe de confort : professions médicales spécialisées, ingénieurs cybernétique/Trame, chefs de PME, chercheurs et professions scientifiques, cadres intermédiaires de grande entreprise ou de fonction publique, etc…
  • Classe privilégiée : cadres supérieurs de grande entreprise ou de fonction publique, professions libérales (avocats, experts, etc), chefs d’entreprise moyenne, célébrités du spectacle/médias, etc…
  • Classe dirigeante : cadres supérieurs de Consortium, fonctions supérieurs d’état, chefs de grande entreprise, célébrités mondiale du spectacle/médias, etc…
  • Classe possédante : fonctions supérieurs de Consortium, chefs de très grande entreprise, investisseurs et tout individu qui tient sa fortune en placements d’actions en masse dans les investissements les plus rentables.

À propos des monnaies & moyens de paiement

« Au 23ème siècle, il n’y aura plus de monnaies ni de billets de banque ! ».  Loupé ; totalement, royalement, même. Il y a des prédictions, comme ça, qui font un peu fi des dures réalités.

La Nouvelle Humanité s’est pris de grosses leçons au sujet des conséquences de la dépendance aux systèmes technologiques et numériques et, si elle n’avait pas compris la première fois au 21ème siècle, le 22ème siècle lui a donné quelques piqures de rappel. L’électronique et les échanges numériques ne peuvent plus gérer les échanges quand même les satellites, puis l’électricité tombent en panne. Ainsi, comme les réseaux câblés à ligne enterrées, y compris le bon vieux téléphone filaire, qui sont réapparus à la fin du 21ème siècle, la monnaie physique, sous forme de pièces et billets de banque, se porte très bien. Elle est toujours en circulation et la plupart des échanges communs se font avec de la monnaie physique et des billets –bleus et plus verts, on va y venir.

La monnaie internationale est la Couronne australienne (noté C) ; c’est celle qui est la plus acceptée dans le monde avec le Bad de l’Union Africaine (noté B). Les deux monnaies ont d’ailleurs un taux de change presque équivalent. Il y a souvent des débats sur la création d’une monnaie internationale au sein de l’UNE, mais c’est une discussion devenue un serpent de mer depuis des décennies tant elle n’aboutit jamais.

En République de Californie et sa capitale, Gateway, c’est le Dollar Californien qui a cours (noté $C), et qui vaut un petit peu moins que la Couronne, qui est acceptée partout, suivie de la monnaie de l’Union des Américains des Origines, le Wampum (noté W), qui est indexé sur la Couronne.

La Couronne Australienne

Pas grand-chose d’autre à dire sur cette monnaie, si ce n’est que le billet le plus célèbre de la couronne australienne, celui de 100C est bleu, avec, d’un côté, le portrait de la première présidente de l’Australie à la réunification, après la Fin des Temps, et de l’autre, un kangourou. Il y a des pièces de 5, 10 et 20 cents, des pièces de 1, 2 et 5 C, et des billets de 10, 50, 100, 200, 500 et 1000 C. Il ne s’agit, paradoxalement, pas de la monnaie la plus puissante en terme de garanties ; on lui préfère, pour la monnaie de réserve des banques centrales, le Bad de l’Union Africaine, qui domine le marché des transactions internationales.  Mais elle est la monnaie la plus employée dans les échanges de devises et c’est la monnaie fiduciaire par excellence, c’est-à-dire celle qui comporte le plus grand nombre de pièces et billets de banque, en circulation dans le monde.

Paiement & crédits

La plupart des gens sont payés par chèque de banque ou, à la demande, par virement bancaire direct, ces derniers étant rapides, sécurisés et facile d’usage. La plupart des gens ayant une carte bancaire, ils la lie à leur Interface pour tous les achats en ligne. Mais la carte bancaire ne sert que très peu, finalement, pour payer en boutique. La plupart du temps, on sort les pièces et les billets et il n’est pas rare, surtout dans les milieux ruraux, qu’on tombe sur des commerces qui n’ont simplement aucun dispositif de paiement par carte.

Forcément, la traçabilité des échanges en prend un coup ; en faisant des paiements et achats uniquement en espèces, beaucoup de transactions échappent au contrôle du fisc, sans compter que c’est très pratique pour rester anonyme ! Ça ne plaît guère aux nations sécuritaires, mais à part les plus autoritaires, il est presque impossible de changer la mentalité des citoyens du 23ème siècle au sujet de leur attachement aux pièces et monnaies. L’UNE défend d’ailleurs ce principe de liberté des modes de paiement.

Autres modes de paiement

À noter que certaines valeurs physiques sont employées pour des transactions à tarifs élevés : l’argent, l’or, le platine, même le palladium ou encore l’iridium sont échangés sous forme de pièces, barres et lingots. Là encore, leur discrétion et leur intraçabilité sont recherchées, mais aussi leur aspect valeur-refuge qui permet de les stocker dans un coffre, sans crainte qu’un incident électronique majeur ne vienne ruiner les économies ainsi préservées. Et c’est si commun que tout le monde a vu passer des pièces d’argent ou d’or, souvent des monnaies en Bad, d’ailleurs ; et dans le monde des mercenaires ou des enquêteurs indépendants, se faire payer en or ou platine est très courant. Bien sûr, il faut le déclarer… mais n’importe qui d’un tant soit peu malin saura comment éviter ce genre d’écueil.

Un dernier point sur les autres modes de paiement, c’est qu’au 23ème siècle, nombre de monnaies virtuelles sur la Trame, comme les Séquins du MMORPG World of Wonders, sont convertibles en monnaie réelle et inversement et sont garanties par des fonds bancaires internationaux. Il y a aussi des monnaies virtuelles de quasi-nations tout à fait légales, comme l’EGO de la Démocratie Pirate, qui n’existe que sur la Trame et sur deux plateformes pétrolières reconverties en mer des Caraïbes. Une caractéristique de ces monnaies virtuelles, assez nombreuses, est que, si elles sont garanties, elles sont aussi en règle générale très difficiles à tracer – du moins, pour qui ne commence pas à faire des transactions trop énormes, ce qui tends rapidement à rendre les IA supadmins de la Trame très curieuses.

Et ça vaut combien, comparé à l’euro des années 2020 ?

La Couronne n’est pas réellement équivalente à l’euro. Elle est plus proche en valeur comparative au dollar américain et en gros, vaut ¾ d’un euro au cours moyen. Mais il faut aussi la comparer à un niveau de vie et un pouvoir d’achat. Un appartement de 30m2 en ville coûte environ 700C par mois, un service de voiture mutualisé représente environ 60C par mois, un abonnement sécurisé à une offre médias & services de la Trame en coute 20C, les courses complètes pour le mois vont de 100 à 150C environ pour un individu seul, etc…

Comme on le détaille plus haut, avec 1250C une fois les charges payées, un individu seul vit dans un minimum de confort acceptable. Ce n’est, ceci dit, pas Byzance : il ne pourrait pas se payer une voiture individuelle si l’envie lui en prenait et il ne partira pas en vacances bien loin ni bien longtemps.

La dotation de base d’un Schattenjäger

Un Schattenjäger est en général de la classe moyenne et gagne donc un salaire de 5000 C par mois, qu’il soit membre de l’UNADP, d’AEGIS ou un indépendant. Après, c’est une norme ; un indépendant peut démarrer sa carrière et être juste au-dessus du Dividende Universelle de 2500C.

Comme les taxes et charges sont d’environ 50%, et qu’il faut payer sa maison, ses abonnements, ses frais de nourriture et d’entretien, il reste à notre héros 1000C par mois pour assurer ses dépenses personnelles et familiales. C’est une estimation ; si vous aimez les comptes d’apothicaire, vous pourrez calculer cela plus finement quand nous aurons fini le chapitre Équipement & Possessions, mais on ne peut que vous conseiller de ne pas vous compliquer la vie avec cela. Dans les aventures de Singularités, l’argent n’est pas censé représenter un problème majeur ; ceci dit, cela peut créer des péripéties sympas !

On considère qu’un Schattenjäger est doté du nécessaire d’un enquêteur dans son domaine et d’un individu de classe moyenne :

  • Un appartement meublé.
  • Un abonnement pour une voiture de fonction mutualisé.
  • Un abonnement aux services médias et police de l’UNE.
  • Une assurance risques professionnels standards & assistance médicale.
  • Une carte de crédit standard.
  • Un nano et un Interface avec cryptage standard.
  • Des vêtements et accessoires de standard moyen à son choix (on va dire 3-4 tenues différentes, y compris uniforme officiel et tenue classe/corporate).
  • Une plaque officielle (ou une carte d’enquêteur privé agrée).
  • Un lot de gants de manipulation et de sacs à indices.

S’ajoute à cela :

  • Une tenue pare-ballle de tissus Aegis standard (ça peut être un costume, une tenue décontractée ou pratique, etc)
  • Une arme de service, le Maher P202 Police, dotation standard de l’UNADP, ou toute autre pistolet moyen de calibre 9mm si vous avez envie.

Et enfin, le personnage a un pécule à dépenser, pour achever de s’équiper.

Dotation monétaire de départ : 35 000 C

Le personnage a donc 35 000 C pour s’équiper et doter son personnage. La somme est inférieure au prix du modèle le plus accessible de la voiture individuelle (oui, les voitures sont chères au 23ème siècle), mais permets de s’offrir pas mal de matériel utile et de se faire plaisir à personnaliser les moyens et accessoires de son personnage.

  • Si le personnage a choisi l’avantage Équipement et a dépensé des PC dans ce dernier, il peut ajouter à cette dotation de départ de 35 000 à 350 000 C pour s’équiper. Rappel : toute somme non dépensée est perdue une fois la création du personnage achevé.
  • Si le personnage a choisi l’avantage Richesse, il dispose pour s’équiper d’une somme supplémentaire allant de 50 000 C à 250 000 C pour s’équiper. Rappel : toute somme non dépensée est perdue une fois la création du personnage achevé.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: