Découvrir Futur Immédiat

Présentation du JDR Futur immédiat, V2. Elle est plus synthétique, mais aussi plus détaillée. On espère que cela servira le but visé, c’est un exercice toujours difficile. Mais ainsi, vous allez pouvoir découvrir le sujet et l’univers de Futur Immédiat brossé en quelques pages.

Qu’est-ce que Futur Immédiat ?

Futur Immédiat est un jeu de rôle de science-fiction fantastique où la science future est confrontée au mystérieux et au paranormal. Au 23ème siècle, Futur Immédiat est un monde futuriste qui a survécu aux ravages du 21ème siècle et se voudrait une utopie inachevée, malheureusement sans cesse contrecarrée par la nature humaine et sa propre histoire. Les héros de cet univers, les Schattenjägers – les chasseurs d’ombre, en français –  incarnés par les personnages des joueurs, interviennent pour contrecarrer les conséquences des événements surnaturels nés de deux siècles de ravages, de survie, de progrès et d’exploits technologiques : désormais, plus que l’homme lui-même, le véritable ennemi de l’humanité est : les Twilight Zones.

Futur Immédiat, le jeu de rôle est co-écrit par Axelle Bouet, Sébastien Louchart et Alysia Lorétan. Il est basé sur le système de jeu Openrange, d’Axelle Bouet, Yann Décombaz et Alysia Lorétan. Openrange est lui-même la version avancée et simplifiée du système de jeu des Chants de Loss, le jeu de rôle.

1- La Nouvelle Humanité

Nous sommes en 2202, considéré comme le second siècle de la Nouvelle Humanité. Au milieu du 21ème siècle, à l’aube d’une troisième guerre mondiale pour se disputer les dernières ressources pétrolières d’une planète agonisante, la Terre fut frappée par l’Impact, un bref sursaut de rayon gammas. Le phénomène et ses répercutions entraina la quasi extinction du genre humain en quelques années. L’ensemble du monde tel que nous le connaissons en fut bouleversé et entièrement réécrit, après presque un siècle de dévastation ; la Nouvelle Humanité n’a pas encore achevé de reconstruire son monde ravagé.

Durant tout le 22ème siècle, l’Humanité eut non seulement à lutter contre les désastres du siècle précédent, mais aussi à se réinventer. L’apparition des premières IA conscientes ne furent que les prémices d’une remise en question de la place de l’humain sur la Terre et parmi les autres espèces. Au 23ème siècle, l’Humanité ne concerne plus seulement les humains, mais aussi les IA, les bioides, les cyborgs, les avatars et les grands primates, mais aussi les corvidés, les grands cétacés, certains perroquets. Tous ont en commun l’aptitude à la conscience, au raisonnement, à la communication et à l’abstraction. Tous sont définis avec les mêmes droits réunis sous le nom de la Charte Universelle des Droits de l’Humain, et tous protégés, eux et leur environnement, par l’autorité de l’UNE, L’United Nations of Earth.

Cette nouvelle conception de l’Humanité a mis à bas la plupart des anciennes discriminations et désirs de hiérarchiser les peuples et les espèces. Dans un monde incroyablement varié et par essence paritaire, presque totalement métissé, comprenant pas loin de 35% d’homosexuels et bisexuels, où d’anciennes cultures presque disparues ont pu renaitre, où changer de genre ou de couleur de peau n’est guère qu’une formalité, où même le mot « autisme » n’a plus aucun sens, l’inclusivité est la norme ; le racisme, le sexisme, l’homophobie, sont les anormalités. Pourtant, cette inclusivité ne concerne pas tout le monde. Les bioides, êtres artificiels crées et traités à l’origine comme esclaves, sont toujours fortement discriminés et les Hexens – sorciers, en français – et leurs effrayants pouvoir sont ostracisés et confinés dans des ghettos.

2- Un monde d’écologie

L’Impact, ses conséquences sur les structures industrielles, puis le réchauffement climatique et enfin les bouleversements de l’Hexenkunst – sorcellerie, en français – ont condamné deux tiers des surfaces émergés du monde à être pour longtemps interdites à l’humain. La Nouvelle Humanité a pris conscience de la fragilité de son berceau, le seul havre de vie confortable qui soit à sa portée, malgré au moins sept autres mondes connus abritant la vie.

Pour la Nouvelle Humanité, être écologiste n’est plus une posture ou un militantisme, c’est une évidence, une nécessité qui s’impose à tous. L’idée de croissance économique infinie est morte au 21ème siècle et le concept n’a commencé à ressurgir qu’avec l’expansion de l’exploitation spatiale et interplanétaire. Mais il n’y a toujours qu’un seul havre de vie pour la Nouvelle Humanité et celui-ci est chérie avec attention. Les progrès techniques et scientifiques ont, grâce à un accès enfin sans contraintes à l’énergie, rendus aisé la mise en place de tous les procédés de recyclage des produits de la consommation humaine. Le monde vit dans un système de développement soutenable ; un monde qui protège et entretient de son mieux la nature sauvage.  Le changement radical de mentalité a fait le reste ; même les voitures sont désormais, comme l’électro-ménager ou les moyens de sécurité, des biens mutualisés.

Dans un monde qui est en passe de quitter les contraintes de la rareté des ressources, qui peut aller chercher dans l’espace ce qui manque à ses besoins, qui dispose de nano-forges, de graphane, et qui peut glisser partout un ordinateur surpuissant, la Nouvelle-Humanité a pourtant appris une leçon : ne jamais faire aveuglément confiance à la technologie. Tout le monde vit entouré d’une très haute technologie, mais en gardant toujours à portée de main de quoi pouvoir s’en passer, qu’il soit simple fermier ou cadre d’un grand Consortium.

3- Un monde de mutations

En deux siècles, tout a changé. Les IA ont tué le Dieu des hommes, puis les hommes ont failli les déifier avant que les IA elle-même ne se fasse considérer comme les enfants de l’humanité. L’Impact a décimé la vie sur Terre, a changé la géographie du monde connu et l’Abime qui en est né a interdit à l’homme un sous-continent entier L’Hexenkunst a envahi le monde et changé les gènes de la flore, de la faune, de la moitié de l’espèce humaine jusqu’à ce qu’une toute petite partie de celle-ci soit doté de capacités paranormales. Enfin, le réchauffement climatique a rendu impropres à la vie humaine des pans entiers de la Terre

Mais les mutations ne se sont pas arrêtées là. Atlas, projet gigantesque de géo-ingénierie, a modifié autant le climat que l’économie et la géopolitique. Shipstone et sa pile formidable ont résolu totalement le problème de l’énergie et la bio-ingénierie a donné naissance à de nouveaux types d’espèces animales et humaines, pour le meilleur et pour le pire. Même les concepts politiques et économiques ont été révolutionnés, dépassant les ambitions de pure finance pour inclure la protection sociale et le confort humain comme des valeurs de prospérité et de richesse.

Cependant, la plus grande des mutations n’a pas été la rencontre de l’Humanité avec la première espèce intelligente extra-terrestre, les Hengeyokaï – changeurs de forme, en français. Le choc a pourtant été terrible, à tous points de vue et se poursuit encore, dans une guerre spatiale et interplanétaire entre deux espèces qui ne peuvent communiquer. Le plus grand des chocs, c’est celui des Twilight Zones.

4- Un monde de science & de paranormal

Faire la liste des progrès scientifiques et techniques du 23ème siècle est presque impossible. Les piles Shipstone, la maitrise des énergies renouvelables et de la fusion ont libéré l’humain des hydrocarbures et du nucléaire.  La médecine et la bio-ingénierie sont parvenus à bout de la grande majorité des maux et des défauts de l’Humanité. La nanotechnologie a résolu une grande partie du problème de la rareté et du recyclage des ressources. Les IA ont non seulement révolutionné l’informatique et les réseaux, mais aussi la communication, l’industrie, l’éducation et la science. Grâce à eux, les robots secondent les humains, aussi bien sur les plus risqués chantiers que dans leurs foyers. La MHD, l’antimasse, les moteurs EM5 et la distorsion de l’espace-temps ont ouvert à l’Humanité la voie du système solaire et même des étoiles lointaines.

Aussi, même si la Nouvelle Humanité cultive une saine prudence vis-à-vis de la techno-dépendance, elle est baignée dans la certitude rassurante que le monde est stable, prospère, accueillant, malgré toutes les embuches qu’elle a dû affronter, grâce à la science. Une certitude confirmée pour la plupart des humains chaque jour ; seule une minorité, isolée dans les Zones d’Exclusion, ne dispose pas encore de ces conforts et de ces progrès. Mais cette certitude s’est fissurée avant d’éclater quand les Hexen, puis les Twilight Zones ont démontré qu’ils échappaient à la science, que cette dernière ne pouvait les expliquer.

Les Twilight Zones –ou zone de pénombre, en français- sont des événements paranormaux, inexplicables par la raison ou la science. Apparitions d’objets ou créatures surnaturels, manifestations de forces physiques inconnues, déplacements ou trous temporels et spatiaux ne sont qu’un faible échantillon des Twilight Zones. Elles surviennent sans prévenir, les détecter précocement est presque impossible et leurs effets peuvent non seulement être ravageurs, mais ils sont surtout choquants pour leurs témoins et leurs victimes. Et plus le temps passe, plus ces phénomènes s’accroissent en intensité et en fréquence, menaçant jusqu’à la stabilité géopolitique de la Nouvelle Humanité.

5- Un monde de tensions & de conflits

Contrairement à ce que prétendent ses détracteurs, L’UNE ne dirige pas le monde. Elle ne préside à la destinée que de la moitié des nations de la Terre et doit composer avec les ambitions et les exigences de chacun. Si L’UNE dispose d’une puissante force armée spatiale et de troupes de maintien de la paix, cette dernière ne peut que s’interposer dans les conflits pour protéger les civils au mieux. Sa principale occupation, et non des moindres, c’est d’assurer la surveillance et l’aide humanitaire aux populations vivant dans les Zones d’Exclusion, certaines n’ayant jamais quitté ces régions polluées et dévastés depuis le 21ème siècle. Quant à StarForce, son armée spatiale, celle-ci n’a en aucun cas le droit d’intervenir sur Terre.

La Seconde Guerre Corporatiste, qui a pris fin il y a seulement seize ans a laissé des régions entières dans le désarroi et l’instabilité. Des nations sont nées, d’autres se sont effondrées économiquement ou militairement, des industries ont été dévastées, aussi bien que des stations spatiales et des consortiums ont entrainés des pays entiers dans leur faillite. Les rivalités et les tensions sont nombreuses et vivaces. Il y a en permanence plus d’une vingtaine de violents conflits locaux, qui font la fortune des armées privés et des mercenaires et que l’UNE et les Casques Bleus ont toutes les peines du monde à endiguer. Les plus grands Consortiums des Ten Star, avides de conquérir les mondes habitables récemment découverts, n’ont pas encore réglé leurs comptes et veulent en découdre. Plusieurs mouvements armés, révolutionnaires ou encore religieux, sèment la terreur au sein des états et des Consortiums.

Et il y a les Twilight Zones. Désormais, le fait est avéré : l’Abime s’étend depuis l’Inde, vers le Moyen-Orient d’un côté et l’Asie du sud-est de l’autre. Partout dans le monde, depuis la Tempête de Réalité de 2201, les phénomènes paranormaux s’accroissent et deviennent plus dangereux, créant un climat de tension qui augmente l’instabilité géopolitique. Enfin, contre tous les pronostics, les Hengeyokaï viennent d’ouvrir un nouveau trou de ver à l’orbite de Pluton, où ils stationnent trois croiseurs porte-vaisseaux rivalisant avec les Titans de StarForce, menaçant directement, pour la seconde fois de son histoire, la Terre.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :