Ten Star N°5 : Thunderlight International

Origine : Confédération Impériale de Chine

Siège : Gateway (République de Californie)

Secteur principal d’activité : Industrie culturelle, ludique & éducation

Fondateur : Hen Tsiao & Peter Lu

Direction : Jen Lu & Shirley Singler (PDG)

Autres actionnaires : United Bank of California (6,9%), Zurich Insurance (5,2%), Imperial Funding (4,8%), Nordic Financial (4,5 %)

Secteurs secondaires et filiales : réseau éducatifs et sociaux en univers SIRM (Wondermakers), informatique et distribution numérique (Digistar), R&D SIRM (Tsiao Inc.), média & divertissement (Wonder Network & Star Pictures), secteur bancaire & investissement (Gateway Urban Group), distribution culturelle (Nenchao), recherche fondamentale & appliquée (Mechanica), informatique militaire (Atellar corp.).

Chiffre d’affaires : 1311 milliards de couronnes

Tout le monde connait World of Wonder, pour deux raisons : c’est le plus célèbre, le plus rentable et le plus étendu des MMORPG en SIRM et c’est aussi le seul qui soit géré par une T10 consciente, la mondialement célèbre Syren. A lui seul, ce jeu, véritable institution, représente la plus grande majorité des bénéfices de Thunderlight ; on y organise des concerts, des actions caritatives, des spectacles et même des conférences, dans son décor de fantasy inspiré des mythes et de la littérature de fantasy chinoise et européenne. Pour l’anecdote, World of Wonder a une moyenne annuelle d’abonnés qui dépasse les trois millions de joueurs, et ce depuis près de vingt ans.

Thunderlight n’est pas né dans un coin de garage, mais son histoire n’en est pas moins assez fantastique. Hen Tsiao & Peter Lu, deux ingénieurs en I.A passionnés de fantasy ont lancé leur entreprise sur un pari, après avoir gagnés à la Loterie Impériale, se lançant dans un projet d’univers virtuel participatif, qui serait capable de réagir et interagir à l’ensemble des décisions des joueurs et se développerait au gré de leurs initiatives et de leurs propositions. Et de fait, la grande supériorité de World of Wonder est d’une part la possibilité de créer et commercialiser des contenus par les joueurs eux-même et, d’autre part, sa gestion par un réseau complexe d’IA réactives, qui travaillent sous la direction de Syren et des créateurs en chef du MMORPG.

D’un rêve devenu un succès mondiale, Thunderlight a fait un consortium de de médias gigantesque et si rentable qu’après les jeux, les univers virtuels, les médias et le ciéma, il s’est même lancé dans la grande distribution en informatique et en produits culturels avec un outil surpuissant pour assurer son succès : les millions de ses abonnés à ses jeux et services en univers virtuels. Il s’est même lancé dans des domaines comme la recherche fondamentale en IA, surtout dans le domaine des IA conscientes et dans les services éducatifs à destination des grandes universités. Beaucoup des premiers clients historiques déplorent cette diversification, qui aurait tué l’esprit pionnier et rêveur de ses fondateurs. Mais Thunderlight existe depuis plus de 40 ans, et même la seconde génération de ses clients n’a pas connu ces débuts, finalement devenus une sorte de mythe ; ceci dit, Thunderlight assume ses ambitions de devenir le plus gros diffuseur mondial de médias culturels et de divertissement, avec dans ce domaine une politique qui mélange patience, stratégie de long terme et manœuvres commerciales agressives assez peu en phase avec l’image d’une société de rêveurs.

A noter que Thunderlight travaille aussi beaucoup dans le domaine prometteur, mais très controversé des Logos, ces copies actives et injectables de mémoire et d’expérience humaine et, même si c’est peu connu, fournit des services d’entrainements de pointe en simulation SIRM, les Kriegermacher, pour les organisations militaires en mesure de payer cher ce genre de services… et sans trop se soucier de regarder à qui sont vendus ces services. Thunderbird a aussi quelques laboratoires en orbite, sur Luna, et même un petit laboratoire vidéo et camp de base capable d’accueillir du personnel et des sportifs sur Mars, au pied du Mont Olympus.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :