l’United Nations of Earth

L’United Nations of Earth a été créé pour reprendre le rôle de l’ONU en 2082, après les accords de Nairobi. Ses pouvoirs et ses moyens sont nettement plus étendus que son ancêtre ; entre autres, aucun état ne peut intervenir de manière privilégiée sur ses décisions, celles-ci sont toutes soumis à vote majoritaire et le seul droit de veto appartient au Conseil Intérieur, dont les représentants prêtent serment d’agir en toute neutralité de leur nation d’origine. Leur nationalité est d’ailleurs celle de l’UNE et aucune autre, pour la durée de leur mandat.

L’Assemblée de l’UNE est constituée de représentants des états-membre ainsi que des dix plus puissants Consortiums, que l’on nomme les Tem Star. Chaque représentant a une voix, chaque nation ne peut déléguer qu’un représentant. Les décisions sont soumises au vote majoritaire et tout citoyen d’un pays membre de l’UNE peut initier un référendum à condition de parvenir à rassembler cinq millions de signatures et que celui-ci soit validé par un des six représentants du Conseil Intérieur (oui, y compris une des trois Moires.

Le Conseil Intérieur de l’UNE est constitué de deux chambres. Pour l’exécutif, il s’agit d’un président élu au rôle surtout représentatif, et de nombreux secrétaires en charges des bureaux de l’UNE. Pour le législatif, c’est un collège de trois représentants élus au cours d’une campagne électorale mondiale tous les dix ans et de trois IA (à l’origine des T4), les Moires, dédiées à fournir conseil et orientations politiques, sociales et économiques : Clotho, Lachésis et Atropos. Ces dernières ont été mise en fonction en 2089 et depuis le milieu du 22ème siècle, leur évolution cognitive est laissée libre, sous la surveillance de psychologues et de consciences artificielles.

Le Conseil Intérieur gère les nombreux départements et agences de coopération internationale, dont la toute-puissante StarForce, la Commission Coloniale, le Tribunal Commercial des Consortiums (appelé en général le Tribunal de Gateway) et la célèbre UNADP (United Nations Advanced Departments of Police). L’UNE administre sous mandat de protection près de 20% de la surface totale terrestre.

Pour siéger à l’UNE, un état doit accepter la Charte Universelle des Droits de l’Humain, rédigée en 2081 et qui implique une réelle portée juridique contraignante. En clair, elle définit un traitement d’égalité de traitement et de droits pour tous, une lutte contre toute forme de discrimination, une libre circulation assurée, un système judiciaire juste et humain, qui interdit torture, peine de mort et traitements dégradants, un revenu universel minimal garanti (qui est plus ou moins galvaudé selon les états), un accès garanti aux soins et à la santé, une garantie de l’intégrité des personnes physiques et morales, des règles strictes concernant le volet militaire et armement et, enfin, une participation financière, matérielle et humaine, aux structures internationale d’enquête de défense et de développement spatial (en clair, StarForce et UNADP principalement).

L’UNE a donc le devoir et le pouvoir de faire appliquer la Charte et veiller à son respect par tous les états-membres. Dans la Charte est indiqué clairement que l’UNE peut mener des enquêtes et envoyer des délégations d’inspection pour vérifier le respect des règles et peut, sur vote majoritaire de l’assemblée, sauf veto du Conseil Intérieur, décide de sanctions financières et légales et employer ses Casques Bleus pour intervenir militairement en cas de violation de la charte. Elle peut même intervenir dans les conflits armés en dehors des membres de l’UNE. Et elle l’a déjà fait.

Quelque part, oui, c’est un gouvernement mondial (enfin pas tout à fait, on va y revenir) et tout le monde joue le jeu, le but étant de pouvoir agir sans avoir à se retrouver sur la sellette, ou encore de pousser ses pions jusqu’à ce qu’un pays se retrouve sur la sellette et voit débarquer les forces de l’UNE. Mais c’est un jeu dangereux et être membre des Casques Bleus de l’UNE est loin d’être une partie de plaisir, tant les situations et les terrains d’opération peuvent être difficile, compliqués et risqués. Si StarForce est devenue de facto la plus puissante force militaire de la Terre, cette dernière a interdiction officielle totale d’intervenir sur le sol de la Terre.

L’assemblée de l’UNE ne rassemble pas tous les états de la Terre. En fait, elle en compte actuellement 52 sur la petite centaine de nations que compte la Terre actuellement – oui ces nombres tendent à fluctuer assez souvent. La plupart des états non signataires sont en désaccord sur les règles de la Charte, parfois pour un ou deux points, parfois pour tous et ils ont souvent comme point commun d’être des régimes autoritaires, ultra-libéraux (ça va souvent de pair) ou instables… voir les trois.

Le drapeau de L’UNE rappelle son ancêtre de l’ONU, et représente le glob terrestre entouré des palmes de la paix, et surmonté des 8 planètes du système solaire plus le Seuil, l’accès vers les Etoiles. Mais à l’origine, la plus grande des étoiles était simplement le soleil.

 

Les principales organisations de l’UNE

StarForce (UNESD)

L’United Nations of Earth Space Defense est l’armée spatiale internationale dont le rôle est la défense et la protection des intérêts interstellaires de la Terre. Sa principale mission, elle a été créé pour cela, est de lutter contre les Hengeyokaï. C’est la plus dotée et la plus puissante des organisations internationales, mais si elle a des bases militaires sur le sol de la Terre, elle n’y a aucune autorité. StarForce emploie un vocabulaire naval pour son organisation et ses grades et est divisé en sept flottes, une par continent, chacune portant un nom de dieu, qui est attribué à chaque porte-vaisseau Titan composant le cœur de chaque flotte : Odin, Horus, Rama, Quetzal, Nuwa, Nuada et Nanuq. Les bases opérationnelles de StarForce sont l’astroport de Roswell, une enclave de l’UNE en UAO et la station Zeus, qui alimente le Seuil en orbite de Callisto.

Organisations dépendantes notables :

SF Technology : la branche R&D et l’entreprise de fabrication d’armes individuelles et véhicules utilitaires de StarForce.

United Nations Advanced Departments of Police (UNADP)

L’UNADP est à la fois considéré comme la plus prestigieuse force de police judiciaire du monde et comme l’enfant terrible de l’UNE, puisqu’il ne répond que du Conseil Intérieur, et en aucun cas de l’assemblée des Etats-membres. Il s’agit d’une vaste organisation d’enquête et d’entraide à la lutte contre le crime organisé, le terrorisme, le crime informatique et le crime Hex. Mais dans les fais, l’UNADP peut intervenir sur pratiquement tous les crimes internationaux et événements incluant une suspicion de Twilight Zone ou d’effet Hex. L’organisation est très efficace, reconnue pour l’opiniâtreté de ses enquêteurs venus de tous les horizons et réputé pour ne reculer devant rien pour mener à bien ses enquêtes, y compris face aux plus grands pouvoirs politiques. Elle reste cependant assujettie aux limites législatives accordées par les Etats-membres aux enquêteurs, Consortiums compris, ce qui implique que des armées d’avocats connaissent sur le bout des doigts les moyens de freiner leurs enquêtes fédérales, et que beaucoup de concessions territoriales leur sont même difficilement accessibles sans une autre armada de légistes et procureurs fédéraux.   Il existe un bureau de l’UNADP par capitale de chaque Etat de l’UNE (y compris sur la Lune) et par Vrille dans le monde, plus une demi-douzaine de centres de formation. Le quartier général de l’UNADP est situé à Talander Point, sur Olympus (Madagascar)

Organisations dépendantes notables :

UNESWAT, les unités d’élite du SWAT (Special Weapons and Advanced Tactics) d’intervention et de sécurité policière fédérale, déployés devant des menaces lourdement armés ou retranchées. Ils assurent entre autres la sécurisation d’Olympus, et disposent d’unités X-SWAT, équipés et formés pour intervenir devant un Effet Hex ou une Twilight Zone.

Agence Sanitaire Mondiale (WHA)

La World Health Agency est citée ici car c’est l’agence de l’UNE qui est la plus implantée partout dans le monde, y compris hors des états-membres. Son rôle premier est comparable à celui de l’ancienne OMS : gérer et organiser toutes les politiques de santé publique pour assurer le meilleur niveau de santé et de bien-être possible au sein de l’humanité. Ce qui inclue aussi bien la prévention, l’information, que la veille et la surveillance sanitaire, sans oublier le contrôle des denrées alimentaires et des médicaments. L’ASM est aussi et surtout connue pour son rôle majeur dans la prévention et le contrôle épidémique, via les United Nations Centers for disease Control (UNCDC), avant tout connus pour leur rôle dans le confinement des épidémies d’Hexenkunst et la distribution vaccinale. Contrairement aux rumeurs, l’ASM ne s’occupe pas de contrôle écologique : elle intervient seulement quand un problème écologique devient aussi un problème de santé publique. Et non, l’ASM n’est pas le Nouvel Ordre Mondial qui peut prendre le pouvoir partout grâce à ses CDC. Sans l’appui des Casques Bleus et des forces militaires et de police locale, les CDC seraient même totalement incapables de la moindre efficacité d’action. Le siège de l’Agence Sanitaire Mondiale est à Olympus (Madagascar).

Organisations dépendantes notables :

United Nations Centers for disease Control (UNCDC) dont on parle plus haut et qui ont un rôle uniquement en cas d’alerte ou de risque épidémique avéré.

Le Tribunal de Gateway (3C)

Si le Commercial Court of Consortiums est une organisation de l’UNE, la WTA (World Trade Agency) ne dépend pas de l’UNE. L’organisation indépendante est considérée comme membre à égalité avec les états et consortiums et travaille en étroite collaboration le Conseil Intérieur. Le Tribunal de Gateway en est son outil judiciaire légal, dont le rôle premier est de rrégler les différends commerciaux, d’assurer un arbitrage aux litiges financiers et enfin, d’assurer une cour pénale neutre et juste pour juger des crimes corporatistes. N’importe qui peut en théorie saisir le Tribunal de Gateway ou être convoqué devant sa cour ; mais dans les faits, le 3C ne s’occupe avant tout que des crimes impliquant des personnes physiques ou morales d’état, d’organisation transnationale ou de consortium. Les crimes de guerre ne sont pas de son ressort et il ne s’occupe jamais de meurtre, mais les crimes écologiques sont souvent abordés pour juger des dommages et intérêts ou des conflits commerciaux liés au respect des lois écologiques internationales. Le tribunal a son siège à Gateway (Californie).

Les Casques Bleus (UNET)

L’United Nations of Earth Taskforce est la puissante armée d’interposition et de maintien de la paix au ordres uniques du Conseil Intérieur de l’UNE. Ses forces sont constitués de militaires, forces de polices et agents civils recrutés ou prêtés par les états-membres, mais sous solde et financement géré par l’UNE. L’équipement de l’UNET est à la pointe du progrès et il dispose de sa propre flotte de transport et d’intervention aéronavale. Il faut considérer les Casques Bleues comme une véritable armée constituée pour les deux tiers de volontaires servant sous l’autorité unique d’Olympus, et d’un tiers de vétérans et d’élites prêtés pour des missions variables par les états-membre. A noter que dans ce domaine, l’Empire de Chine est le premier fournisseur de ces contingents. Les missions de l’UNET sont le maintien du respect de la Charte des Droits de l’Homme, la protection écologique, le désarmement militaire, la protection des réfugiés et des civils, la formation de police et d’administration civile et, enfin., la surveillance et la sécurisation des zones affectées par des Twilight Zones persistantes, l’Abime en tête. Les Casques Bleues ne protègent pas Olympus (c’est la mission des UNESWAT) et n’interviennent jamais dans l’espace, ce qui reste la mission de StarForce. Leur siège y est cependant situé, à la base navale Gowinbra.

La Commission Coloniale (UNCC)

L’United Nations Colonial Commission est un bureau de l’UNE dont le mandat spécifique est l’attribution, l’administration et le contrôle des licences de colonisation des territoires hors-sol, ce qui veut dire tout le système solaire et les trois systèmes explorés et ouverts à la colonisation à l’exception de Koie, sous mandat exclusif de StarForce. La Commission Coloniale est un chaos administratif chargé d’harmoniser les législations propres à chaque état-membre afin de permettre la colonisation spatiale ; et elles s’harmonisent très mal. Les Consortiums eux-mêmes faisant pression au sein de l’UNE sur l’UNCC chacune pour leur intérêt, l’efficacité de la Commission est très relative. Cette réputation de complexité, de lenteur et de corruption notoire lui colle à la peau et les tensions sont très fréquentes entre l’UNCC et les grandes agences spatiales publiques, l’AUSA en premier lieu. Le siège de la Commission Coloniale est à la Vrille de Nairobi.

Le Hex-GP (GPSC)

Le Global Paranormal Study Center est une organisation internationale cofinancée par l’UNE et les Consortiums, crée par le Technopôle du Chablais. Son plus grand succès est le programme de lien longue distance HC (du nom des jumeaux Hélénos et Cassandre) dont se servent StarForce et les programmes interstellaires pour communiquer via les Hexen télépathes. Le Hex-GP a pour principal mission de coordonner les projets d’étude et de recherche sur les effets Hex et les Twilight Zones partout dans le monde (y compris hors-sol), mais il est rare qu’il envoie du personnel sur le terrain, pour d’évidentes raisons de sécurité. Néanmoins, l’Hex-GP a des antennes locales, souvent situés dans des locaux du CDC ou des locaux universitaires disposant de labos niveau cinq, et quelques centres d’études ouverts dans des hôpitaux soignant des Hexen actifs. Vu les enjeux à comprendre et parvenir à régler le problème des Twilight Zones, les agents et chercheurs du Hex-GP sont plutôt respectés. Mais ils ne sont pas toujours bien accueillis : les Hexen en ont peur vu la nature de leur recherche et les rapports houleux qu’entretiennent ces individus avec le milieu scientifique et certains Consortiums détestent que le Hex-GP vienne se mêler de ses affaires. Le siège du Hex-GP se situe à Monthey (Etat Fédéré Hélvétique).

L’UNRA (UNRAA)

L’United Nations Refugee Assistance Agency est une organisation crée avant même la naissance de l’UNE par les premières nations qui se sont relevés de l’Impact, pendant la Seconde Guerre des Machines. Son rôle est de fournir, appuyer et coordonner les moyens d’action d’aides aux populations exposés aux conséquences des événements naturels et des guerres. Son but est de trouver des solutions durables pour abriter et protéger les réfugiés, que ce soit par intervention directe ou par coopération avec les états, membres ou non. L’UNRA agit du point de vu alimentaire, médical et structurel, pour fournir son aide, le plus souvent appuyée par des Casques Bleus ou des forces gouvernementales. Comme la Croix Rouge, l’UNRA est neutre et agit sur toutes les urgences, quel que soit la cause et les enjeux. Son financement est assuré en majorité par l’UNE, mais elle dépend beaucoup des dons privés et publiques. Le siège de l’UNRA se trouve à Alexandrie (Etat du Levantin).

Organisations dépendantes notables :

L’organisation Internationale de Croix Rouge (OICR) est l’équivalent futur du CICR du 21ème siècle, mais il est totalement neutre et laïque ; c’est un regroupement massif d’organisations humanitaires non-gouvernementales agissant dans les domaines de la santé et de la lutte contre la pauvreté et les trafics humains. Mais on y trouve aussi des ONG de protection écologique ou d’aide aux Hexen. La Croix Rouge ne dépend pas directement de l’UNRA, mais coordonne toujours ses actions les plus importantes avec elle.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :