Les Dramas en détail

Rappel de la Psyché et de sa récupération

La base des Niveaux de Psyché se calcule en additionnant Machine et Esprit, puis en consultant la table plus bas. La jauge de Psyché est divisée en trois catégories. Quand une catégorie est pleine, on passe à la suivante.

  • Angoisse: ces points se récupèrent en une Scène, tant que le Schattenjäger a le temps de souffler et n’est pas en situation de stress ou de danger.
  • Peur(-2 aux Actions Sociales) : ces points se récupèrent en un Épisode, tant que le Schattenjäger a le temps de souffler et n’est pas en situation de stress ou de danger. Si deux Épisodes se suivent de manière directe sans un moment de calme d’au moins une nuit, la Psyché ne peut pas être récupérée.
  • Terreur (-5 aux Actions Sociales) : ces points se récupèrent en une Aventure. Si deux Aventures se suivent de manière directe sans un moment de calme d’au moins une journée et une nuit au total, la Psyché ne peut pas être récupérée.
  • Horreur (-10 aux Actions Sociales) : ces points se récupèrent lentement, en plus d’une Aventure et uniquement par des soins.
Machine+Esprit Angoisse Peur (-2) Terreur (-5) Horreur (-10)
2-5 4 4 4 3
6-9 5 5 5 4
10-13 5 5 5 5
14-17 6 6 6 5
18-21 7 7 6 6
22-25 7 7 7 6

Les Dramas

Les Dramas possibles dans Singularités et leurs effets. Les effets décrits ici sont simples et décrits de manière ludique ; nous n’essayons pas d’entrer dans des considérations psychiatriques ou comportementalistes détaillées, aussi, il faut prendre ces indications pour ce qu’elles sont : des indications et des guides de jeu, non des explications qui voudrait tenter de rendre compte de la complexité de la psyché humaine.

Sous chaque Drama, l’échelle décrit les conséquences d’une Rupture de ce Drama selon le niveau de cette Rupture.

Dépression : sensibilité aux pertes de moral, aux changements d’humeur et aux épisodes dépressifs pouvant mener à une attitude complètement passive et résignée.

  • 1-2 : coup de blues passager avec épisode de négativité.
  • 3-4 : gros coup de blues avec effet de démotivation, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : épisode dépressif passager, avec isolement et humeur négative, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : crise de dépression, avec idées noires et forte démotivation, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : épisode dépressif grave, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Phobie : angoisse et peur spécifique et incontrôlée d’un sujet particulier qui peut mener à des réactions de panique risquée.

  • 1-2 : bref épisode de trouille, hantise ou angoisse, mais gérable.
  • 3-4 : réaction d’angoisse avec volonté de fuir la source, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : épisode de peur panique, nécessité de fuir la source, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : crise de panique ou d’angoisse incontrôlable, nécessité impérieuse de fuir la source, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 9-10 : crise de panique incontrôlable avec effets de psychose, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Obsession : idée fixe sur un sujet, devenant un problème qui interfère avec le confort de vie et les relations sociales.

  • 1-2 : fixation passagère et remarquable sur le sujet.
  • 3-4 : intérêt intense et visible de courte durée sur le sujet, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : intérêt exclusif et obsédant sur le sujet, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : désintérêt frappant de tout sauf du sujet de l’obsession pour une durée notable, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : crise d’obsession avec effets de névrose, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Indifférence : tendance à se refermer et devenir insensible aux signaux émotionnels, jusqu’à ne plus interagir socialement.

  • 1-2 : moment passager et notable d’indifférence aux stress sociaux environnants.
  • 3-4 : bref épisode de froideur et de fuite des relations sociales, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : indifférence notable aux stress sociaux et à l’état des personnes environnantes, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : froideur remarquable aux autres et fuite des relations sociales et amicales, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : froideur pathologique et isolement social marqué, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Addiction : besoin impérieux d’un produit de détente ou d’une drogue, alcool et tabac compris, dont l’absence peut mener à des solutions déraisonnées pour s’en procurer.

  • 1-2 : besoin passager de sa dose.
  • 3-4 : besoin passager, mais important et difficile à gérer, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : nécessité impérieuse de se procurer sa dose, mal-être, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : nécessité impérieuse, qui passe en priorité absolue, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : accident d’addiction (délit, violence, overdose), nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Intolérance : xénophobie, intolérance socio-culturelle ou haine spécifique pouvant arriver à des réactions violentes ou impulsives.

  • 1-2 : bref épisode d’intolérance passive.
  • 3-4 : crise passagère et visible d’intolérance active ou colérique, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : intolérance hostile avec nécessité de fuir ou faire fuir le sujet, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : intolérance agressive irrépressible, avec nécessité de fuir ou faire fuir le sujet, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : épisode d’intolérance à accès de violence, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Violence : excès de réaction violente en cas de crise, pouvant mener à des épisodes d’agression et à de la paranoïa.

  • 1-2 : bref moment d’altercation ou de violence verbale.
  • 3-4 : crise de violence passagère, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : accès colérique de violence ou de paranoïa, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : état étendu de colère ou de paranoïa difficile à contrôler, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : épisode de profonde paranoïa ou de violence psychotique, y compris contre soi-même, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Empathie : excès de réaction et sensibilité aux émotions, souffrances est problèmes des autres pouvant mener à des crises de forte déprime ou des réactions d’épuisement moral.

  • 1-2 : réaction émotive sensible et visible au stress ou au malaise d’autrui.
  • 3-4 : accès de souffrance par empathie passager, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : crise d’angoisse ou de déprime par effet d’empathie, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : épisode d’épuisement avec réactions émotives difficiles à gérer, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : épisode de profond épuisement nerveux et moral, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

 Perfectionnisme : manie obsédante à la perfection et à la réussite personnelle, qui peut se traduire par du doute et une paralysie à l’action.

  • 1-2 : bref moment notable de manie perfectionnisme.
  • 3-4 : épisode de perfectionnisme avec paralysie passagère, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : obsession à la perfection avec remise en doute et paralysie, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : épisode notoire obsédant, avec manifestation de très fort stress, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : épisode de fixation pathologique à la perfection, avec crises violentes, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Infériorité : tendance à se croire plus mauvais, faillible et de moindre valeur que son entourage relationnel pouvant aller jusqu’à un complet isolement relationnel et social.

  • 1-2 : brève mais visible période d’hésitation et manque d’estime.
  • 3-4 : épisode de complexe d’infériorité avec brève fuite relationnelle, -2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : manque passager de confiance en soi et isolement social, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : épisode de syndrome d’infériorité, avec doutes profonds et fuite des relations sociale, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : épisode dépressif avec absence complète de confiance en soi, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Dramas réservés

Emballement (uniquement Hexen) : tendance à laisser libre cours à ses pouvoirs sans les inhiber ou les contrôler.

  • 1-2 : réflexe bref, mais visible, d’employer un pouvoir Hexen de manière mineure,
  • 3-4 : bref épisode de perte de contrôle des pouvoirs hexen, avec manifestation spontanée mais mineure, 2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : épisode notable d’usage incontrôlé de pouvoir hexen remarquable, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : épisode difficile à maitriser de perte de contrôle régulière de pouvoir hexen à forte puissance, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : épisode de pulsion de déclenchement de pouvoir hexen à pleine puissance, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Dissociation (uniquement cyborg) : tendance à remettre en question son identité personnelle, sa propre histoire et ses expériences passées.

  • 1-2 : bref mais visible moment d’introspection sur son identité.
  • 3-4 : épisode passager d’introspection et de questionnements profonds, 2 aux Tests pour l’Action qui suit.
  • 5-6 : épisode d’introspection avec hésitations et troubles de l’attention, -2 aux Tests pour la Scène qui suit.
  • 7-8 : épisode de profonde remise en doute avec moments d’obsessions et d’absence, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.
  • 9-10 : épisode de dépersonnalisation brutale allant à la psychose, nécessiterait l’intervention d’un thérapeute, -2 aux Tests pour l’Épisode qui suit.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :