Présentation d’Openrange, le moteur de jeu de Futur immédiat

Futur Immédiat est motorisé par le système de jeu Openrange, avec des modules spécifiques au sujet du jeu de rôle des Twilight Zones en 2202. Comme pour le moment Openrange n’a pas de site dedié, on vous présente le système de jeu, que vous pourrez télécharger dans ces pages.

Openrange est le jeu de rôle des séries et des films d’actions crée par Axelle Bouet, Alysia Lorétan et Yann Décombaz.

Openrange est dédiés aux véritables héros : pompiers, médecins, infirmiers, policiers, et tout ceux qui consacrent leur vie à sauver les autres aux quotidien, sans compter ce qu’ils donnent.

Si vous aimez les séries explosives et les films blockbuster, aussi bien des années 90 que des années 2010, si vous avez toujours voulu refaire une aventure à la Die Hard, si envoyer vos joueurs dans le désert égyptien de La Momie vous fait rêver, si, pour vous, la fantasy c’est le rythme effréné de Willow ou de Princess Bride et la science-fiction des péripéties de Firefly et du Cinquième Elément, alors, Openrange est fait pour vous

Openrange sera distribué en version numérique en licence Creative Commons (Attribution / Pas d’Utilisation Commerciale / Partage dans les mêmes conditions ), d’où en partie son nom. Ainsi, tout le monde pourra se servir du moteur de jeu, le distribuer et y contribuer. Une version commerciale sera proposée dans l’avenir, en version papier. La licence Creative Commons numérique sera quant à elle toujours gratuite.

Le système de jeu est basé sur une mécanique de bon vieux jeu old-school ; il est très simple. Une fois lues les règles, en expliquer le moteur du jeu et ses possibilités prends cinq minutes, créer un personnage n’en prends guère plus de dix. Quant aux subtilités et facettes originales du système de jeu, ça ne vous demandera pas plus de cinq minutes de plus et elles sont faites pour être assimilés en cours de partie.

Openrange est aussi un jeu à modules, c’est l’autre raison de son nom. Une fois assimilé le moteur de jeu et la création des personnages, il est alors très aisé d’intégrer les modules de son choix, ou de les créer. Ceux-ci ont pour objectif de modifier le niveau de simulation ou d’intrigue du système de jeu, d’aborder les habituels sujets du JDR que sont les pouvoirs psis, la magie, mais aussi les Sphères, les traits, les avantages et défauts, les sbires, les protagonistes, l’invention, la construction, etc ; nous en avons déjà quelques-uns sous le coude que nous partagerons au fur à mesure. Mais on peut aussi totalement s’en passer : Openrange est fait pour fonctionner de lui-même !

Le système Openrange a été formalisé pour la première fois en 2012. Il a servi de base au système du jeu Les Chants de Loss. Cependant, vous verrez de très notables différences et simplifications entre le moteur de jeu Openrange et Les Chants de Loss, ce dernier intégrant des modules et servant en quelque sorte de premier parent à la création d’Openrange.

Résumer les principes d’Openrange

Histoire que vous ayez de quoi décider de continuer cette lecture ou pas, résumons le principe du jeu en quelques points, ainsi, vous savez où vous vous embarquez.

Un jeu simple

Une fois lues les règles d’Openrange, en expliquer le moteur du jeu et ses possibilités prends cinq minutes, créer un personnage n’en prends guère plus de dix. Quant aux subtilités et facettes originales du système de jeu, ça ne vous demandera pas plus de cinq minutes de plus et elles sont faites pour être assimilés en cours de partie.

Un jeu à D10

Dans Openrange, tout est noté sur 10 (sur 5 pour les Expertises). Pour tenter une Action, on fait Sphère+Talent+Expertise et on lance un dé à dix faces, pour additionner le tout. Si on fait 15, ça marche, sinon, c’est raté. Il y a rarement de difficulté supérieur à 15, et le fait de réussir avec juste un 15 au total, ou faire plus de 40, n’a aucun effet si le personnage n’a pas parié qu’il ferait un haut score ! Cela s’appelle les Exploits.

Un jeu à Exploits

Dans Openrange, les marges de réussite ou d’échec sont remplacés par les Exploits. C’est le joueur qui décide en lançant ses dés d’annoncer qu’il va faire un haut score. Les Exploits augmentent dans une échelle de 5 en 5… Un Exploit, c’est assez facile, en réussir 5 est bien plus ardu. Si le pari du joueur est réussi, chaque Exploit devient un effet spécial qui s’applique à l’Action qu’il voulait tenter, mais peut aussi être conservé comme Range (effet spécial ou bonus à une prochaine action) pour plus tard, et même prêté ou donné à un autre joueur ! Par contre, rater des Exploits, c’est se retrouver avec les adversaires ou le décor qui en profite, lui, et le MJ ne se gênera pas pour alors en user avec joie !

Un jeu à Sphères et Talents

Openrange a comme cœur de sa mécanique trois Sphères : le Social, le Physique et le Mental. Ils combinent l’ensemble des traits d’un personnage : sa malice, sa force, son bagout, sa rapidité, etc. Les Talents sont tous associés à une Sphère, et sont limités à 15 verbes, comme Discuter, Combattre, Observer. Des Expertises (des spécialités dans un domaine, un type de matériel, un terrain, une culture, une science, etc…) permettent ensuite d’affiner les capacités du personnage liées à ses talents. Le but ? C’est simple, rapide, synthétique et reflète le côté héros capables de tout faire des films et séries d’action.

Un jeu à Archétypes

Openrange attribue à chaque personnage de chaque joueur un modèle de héros typique, comme l’Increvable (Mc Clane dans Die Hard), le Pistolero (John Wick dans les films éponymes) ou encore le Mécano (à l’image de Mc Gyver dans la série du même titre). Cet Archétype a toujours un avantage unique, sous la forme d’un Exploit Gratuit dans le Talent qui reflète le plus ses capacités et sa spécialité. Ainsi, même avec deux génies du bricolage parmi les personnages crées, celui ayant l’Archétype du Mécano restera toujours le plus doué à inventer ou réparer dans les pires conditions, ayant à sa disposition toujours de quoi réussir au moins un Exploit.

Un jeu héroïque

Openrange, dans son système de jeu et sa dynamique, ne se soucie pas de logique, mais seulement de cohérence. Il ne se soucie pas de réalisme, mais uniquement d’héroïsme. Il n’est pas si aisé d’y mourir, les sbires sont des adversaires fait pour tomber à la pelle ; les joueurs ont tous des avantages uniques et peuvent commencer leurs aventures riches, célèbres ou influents (les Atouts) ; ils disposent de nombreux avantages et jokers (les Inspirations) pour accomplir des Exploits même dans des domaines où ils sont totalement perdus ; et même les armes font des dégâts qui n’ont aucun rapport avec l’arme, mais avec le talent du combattant ! Et surtout, le principe est que si le joueur assume le risque à prendre et que son action est fun, héroïque et pas absurde, elle aura plus de chances de réussir que d’échouer, et même un échec doit pouvoir s’achever de manière héroïque !

Un jeu à modules

Une fois assimilé le système de jeu d’Openrange, il est alors très aisé d’intégrer les modules (des règles additionnelles ou modifications de règles) de son choix, ou de les créer. Ceux-ci ont pour objectif de modifier le niveau de simulation ou d’intrigue du système de jeu, d’aborder les habituels sujets du JDR que sont les pouvoirs psis, la magie, mais aussi les Sphères, les traits, les avantages et défauts, les sbires, les protagonistes, l’invention, la construction, etc ; nous en avons déjà quelques-uns sous le coude que nous partagerons au fur à mesure. Mais on peut aussi totalement s’en passer : Openrange est fait pour fonctionner de lui-même !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :