Les rôles & les aventures de Futur Immédiat

Art by Soufiane Idrassi, concept artist

L’article qui suit est encore incomplet, mais devrait efficacement répondre à : qu’est-ce qu’on joue, où et comment ?

Les personnages-joueurs de Futur immédiat sont un type de héros populaire du 23ème siècle : les Schattenjägers – les chasseurs d’ombre, en français. Les Schattenjägers sont des experts, des spécialistes, des enquêteurs et des agents, tous remarquable par leur sang-froid et leur aptitude à se confronter au paranormal. Ils interviennent pour anticiper, comprendre, endiguer et contrecarrer les conséquences des événements surnaturels nés de deux siècles de ravages, de survie, de progrès et d’exploits technologiques. Bref, ils les spécialistes des Twilight Zones.

Mais détaillons un peu ce que les personnages peuvent être, dans que décor et dans quel cadre.

On y fait quoi ?

Les aventures des personnages de Futur Immédiat sont des enquêtes mêlant la technologie, la science, les problèmes géopolitiques et socioculturels, le tout sur le thème omniprésent des Twilight Zones.

Le 23ème siècle est un futur qui essaye maladroitement d’atteindre une utopie incertaine, et y échoue souvent. Les conspirations politiques, militaires et corporatistes sont légion, les luttes idéologiques sont en pleins essor, et, depuis quelques années conflits armés locaux explosent en même temps que les incidents de violence urbaine et de terrorisme.

Et on est qui ?

Les Schattenjägers de Futur Immédiat sont des héros, comme ceux des films et série d’action. Ils sont experts dans leur domaine, en général dotés de talents et capacités bien supérieurs à la moyenne humaine.

Devant des menaces aux limites entre la science, la politique, la violence et le fantastique, les Schattenjägers ne sont donc pas de pauvres hères totalement démunis, mais des héros, capables de survivre aux pires situations. Face aux dangers mortels et hors-norme qui les guettent, ils peuvent déployer les solutions les plus inattendues, y compris aussi les plus risquées… et qu’elles fonctionnent !

Et cela se passe où ?

Les environnements d’aventures de Futur Immédiat sont très variés, mais se concentrent sur le monde urbanisé et sur la Terre et son voisinage. C’est au cœur des villes que se passent les plus grandes intrigues, qu’elles soient de simples faits divers ou des complots internationaux. De plus, c’est dans ce cadre que les moyens pour faire appel à des Schattenjägers ont le plus de chance d’être réunis.

Les Schattenjägers sont cependant appelés à aller intervenir et enquêter partout, que ce soit les Cités-Forêts paisibles et ultramodernes, les ghettos urbains des Hexens, les ruines des Zones d’Exclusion, les petites villes agricoles loin du cœur de la Trame, les stations climatiques du réseau Atlas, dans les déserts ou en arctique, les colonies autonomes sous-marines ou encore l’environnement artificiel des stations spatiales.

Les contextes principaux

L’UNADP

L’United Nations Advanced Departments of Police est la police internationale de l’UNE, une sorte de FBI à l’échelle globale. L’UNADP (que tout le monde appelle l’ADP) est à la fois considéré comme la plus prestigieuse force de police du monde et comme l’enfant terrible de l’UNE, puisqu’il ne répond que du Conseil Intérieur ; l’assemblée des États-membres n’a aucune autorité directe sur l’ADP.

L’UNADP est une vaste agence internationale d’enquête judiciaire et de renseignement dédiée à la lutte contre le crime organisé, le trafic international, le terrorisme, le crime informatique, l’espionnage industriel et le crime Hex. Mais dans les faits, l’ADP peut intervenir sur pratiquement tous les crimes internationaux, avec plus de deux cent catégories de crimes internationaux. En particulier, l’ADP est en charge de tous les événements incluant une suspicion de Twilight Zone ou de crime Hex.

L’UNADP est très efficace, bien dotée et financée, reconnue pour l’opiniâtreté de ses enquêteurs venus de tous les horizons et réputés pour ne reculer devant rien pour mener à bien leurs enquêtes, y compris face aux plus grands pouvoirs politiques.

Pourtant, tout n’est bien entendu pas rose ! Englués dans les procédures et règlements administratifs, forcés de respecter les limites de leur mandat – ou de prendre le risque d’enquêter illégalement – les agents de l’UNADP ont surtout fort à faire avec les crimes et délits liés aux Consortiums, dont la puissance et les moyens concurrencent les états, mais aussi avec StarForce et sa paranoïa, ses abus de pouvoir, ses militaires, sa hiérarchie et ses complots, sans oublier les problèmes internes aux centaines de départements et organisations de l’UNE.

L’AEGIS

L’Analysis and Evaluation of Global Incident Situations est une ONG créée et financée par le plus puissant des Consortiums de 2202, Shipstone Industries. La fondation, indépendante et qui ne répond de l’autorité d’aucune nation, n’a pas but de préserver à tout prix les intérêts de Shipstone, mais enquêter, en partenariat avec les instances judiciaires locales et internationales, sur toute affaire ou crise qui concerne de près ou de loin l’usage ou le détournement des piles Shipstone et des technologies de l’énergie, des communications, de la physique ou de l’armement issus des départements et des succursales du consortium.

En gros, AEGIS a, en fait, pour mission de se mêler de tout, et son seul frein sont ses limites légales, comme l’impossibilité de profiter de mandats de perquisition. Agissant donc parfois aux limites de la légalité mais dotée des moyens financiers colossaux, son efficacité tient surtout à la capacité de Shipstone de lui prêter ses propres structures et moyens au besoin. Les équipes d’agents d’AEGIS sont très autonomes, très mobiles et particulièrement bien formées, ses membres eux aussi recrutés dans tous les milieux.

AEGIS est particulièrement active sur les domaines de recherche, technologie et développement de pointe, et les sujets liés aux Twilight Zones ; on prétend même qu’à ce stade, l’intérêt particulier d’AEGIS pour les événements paranormaux est aux limites de l’obsession. Bien sûr, pour nombre de concurrents de Shipstone, AEGIS est vu, et sans doute à juste titre, comme la vitrine publique des moyens d’espionnage du Consortium.

Pourtant, clairement, vue de l’intérieur, l’ONG se consacre à sa mission avec efficacité et un haut sens de l’éthique, quitte, c’est arrivé quelques fois, à s’attaquer frontalement aux intérêts de Shipstone elle-même !

Les indépendants

Il ne manque pas de détectives privés, d’experts indépendants, de baroudeurs, de professeurs, de sociétés militaires privées et de mercenaires sur Terre. L’époque est même faste pour tous ces métiers indépendants et compétences à louer au plus offrant, surtout si l’on n’a pas froid aux yeux !

Les services de police, les assurances, les cabinets juridiques et les consortiums privés sont prêts à payer des enquêteurs en équipe pour résoudre et clarifier un problème qu’on veut garder discret, ou en parallèle d’enquêtes officielles. Et, avec la recrudescence des Twilight Zones, les agences privées et équipes de Schattenjägers émergent un peu partout.

Il n’est donc pas rare, surtout du côté des Consortium, mais même dans l’UNADP, et d’autres départements de l’UNE, d’engager des consultants extérieurs, surtout sur des choses compliquées ou des dossiers dont personne ne veut… et il y a toujours du travail pour les indépendants. Et bien sûr, parfois bien des risques, qui sont souvent la raison de préférer engager des Schattenjägers.

Les types d’humains

l’Homo sapiens :

vous et moi, et, guère différents au 23e siècle. Les humains sont pour 50 % survivants ou descendants de survivant au virus Hexenkunst. Ils en ont hérité une résistance aux affections les plus mortelles, y compris les cancers, une bien meilleure santé générale et une durée de vie étendue, estimée à environ 110 à 120 ans. Le revers de la médaille est qu’ils sont infertiles (ils ont du mal à se reproduire sans assistance médicale), et que certains traitements médicaux ne fonctionnent pas sur eux.

Homo sapiens, au 23ème siècle, ne se considère comme l’humanité, mais une partie de celle-ci et son parent. Après tout, plusieurs grands singes, oiseaux et cétacés sont considérés à égal en droits avec les humains ; il en va de même avec les IA conscientes, les Avatars, les Bioïdes ou encore les Cyborgs. De plus, la quasi-absence des vieux carcans moraux et sexistes du 21ème siècle, ainsi qu’une médecine capable de fournir un changement de genre à quelque individu qui en réclamerait le besoin, a mis fin à la plupart des discriminations. Même s’ils existent toujours ici et là, ils restent un phénomène minoritaire et souvent considéré comme une déviance mentale et en rien une normalité.

Cependant, tout n’est pas rose. Il reste des résurgences racistes ou réactionnaires ici et là, le nationalisme réapparait avec son cortège d’exclusions et les anciennes discriminations ont été remplacés par de nouvelles, frappant les hexen, les bioïdes ou les cyborgs, par exemple.

Les Shangtis :

les humains améliorés issus de modifications génétiques et qui naissent par FIV ou par matrice extracorporelle ; ils sont le fruit d’une idéologie transhumaniste qui se considère comme une élite à bien des égards.

Résistants, doués d’une longévité élevée et d’une santé remarquable, les Shangtis sont aussi pourvus de qualités cognitives notoires et dénuées, ou tout du moins c’est l’objectif prétendu, des tares et faiblesses des humains.

Les Shangtis ne sont pas répandus : c’est un investissement conséquent pour une famille que de payer un tel travail de sélection et d’amélioration génétique de haut niveau et seules les personnes les plus aisées peuvent se permettre ce genre de dépense. S’il est parfaitement commun de détecter les tares génétiques handicapantes ou létales dans un projet de grossesse, surtout dans un monde où la moitié des gens sont infertiles, la création d’humains améliorés reste un sujet éthique très épineux, source de conflits permanents entre l’UNE, les états et les grands Consortiums des Ten Stars.

Les Bioïdes :

les Bioïdes ou Êtres Artificiels sont des humains artificiellement créés, conçus en matrice extracorporelle, génétiquement améliorés et élevés en développement accéléré. On les exploite comme produits et main-d’œuvre dans des domaines trop dangereux pour homo sapiens mais qui exige des humains pour travailler cote-à-cote avec des robots, ou encore pour des métiers de service, le plus souvent dans le seul but d’afficher son luxe et sa fortune. StarForce « emploie » d’ailleurs beaucoup de Bioïdes dans son infanterie, y compris en les transformant en cyborg, sans leur demander leur avis.

En gros et pour dire les choses franchement, les Bioïdes sont à l’origine des esclaves. C’est d’ailleurs dans ce but qu’ils ont été créés en premier lieu par les Etats du Pôle. Leur contrat dure cependant 20 ans après leur 14e anniversaire. Au-delà, les lois de l’UNE exigent qu’ils sont automatiquement affranchis et, puisqu’ils doivent être payés, même fort mal, ils peuvent d’ailleurs racheter leur contrat avant cette date.

Mal vus, les Bioïdes sont souvent méprisés et considérés comme sous-humains. Beaucoup de gens croient d’ailleurs pouvoir reconnaître un Bioïde au premier coup d’œil, une affirmation qui est constamment mise en défaut : il n’y a aucun moyen d’identifier un Être Artificiel, sauf en le voyant faire un flash (voir plus bas) ou en analysant son code génétique.

Les Bioïdes sont très performants physiquement ; sélectionnés pour être endurants, pouvoir récupérer en un minimum de temps de sommeil et résistants aux climats extrêmes, ils sont entre autres connus pour leurs « flashs », des accélérations foudroyantes et une proprioception surhumaine pour une brève durée.

Les Avatars :

conçus eux aussi artificiellement, ce sont à l’origine des corps hôtes, maintenus en inactivité cérébrale, afin de télécharger dans un cerveau vierge et partiellement biocybernétique l’ensemble d’une IA consciente. Devenir un Avatar, avoir un corps, être humain et posséder une individualité biologique est le but ultime et la consécration de la plupart des Intelligences Artificielles conscientes ; c’est le seul moyen pour elles de dépasser l’Horizon Créatif qui, sinon, les affecte de manière critique et les condamne à la destruction.

Si cette seconde existence a forcément les limites d’un corps biologique, les Avatars n’en restent pas moins des humains dont l’intellect est remarquable, très supérieur à la normale : ils sont notamment les seuls êtres à pouvoir superposer sans aucun désordre neurologique la réalité de la Trame à celle du monde matériel. Ils sont aussi connus pour leur joie de vivre et leur forte empathie, née de leur désir profond d’expérimenter tous les aspects de la vie.

Les Avatars ne souffrent que peu de discriminations, le rapport d’interdépendance et de collaboration intime entre les humains et les IA étant le fondement de la Nouvelle Humanité. Après tous, les Avatars eux-mêmes se voient comme les enfants de l’Humanité. Mais leur présence crée toujours chez leurs interlocuteurs une sorte de malaise, de respect craintif, devant des créatures qui, même désormais limitées par un corps biologique, ont été des êtres de pensée pure aux capacités intellectuelles sans commune mesure avec les humains.

Les Cyborgs :

vétérans de forces armées ou de police n’ayant conservé de leur origine biologique que leur noyau cérébral, les Cyborgs sont des êtres humains constitués de cybernétique et de biomécanique. Même pourvus d’un corps civil, puisque les charpentes militaires sont d’usage très restreint, ils sont particulièrement résistants et solides. Quant à leur force, elle est forcément supérieure aux normes humaines.

Les Cyborgs peuvent manger, boire, dormir, la plupart de ces besoins étant essentiels à la survie de leur cerveau, même si leur résistance leur permet de supporter les gaz et la suffocation, les grands froids et des chaleurs élevées. Mais leur corps exige aussi une alimentation électrique, fournie par des réseaux de piles Shipstone et une maintenance régulière, qui représente un coût assez élevé, ce qui interdit pratiquement toute cybernétisation complète effectuée dans l’illégalité.

Les cyborgs sont un cas étrange dans la Nouvelle Humanité, et ils ont du mal à y trouver leur place. La plupart d’entre eux sont à l’origine soit des Bioïdes qui n’ont pas demandé cette transformation irréversible, soit des personnes très âgées ou en fin de vie ayant signé pour entrer, par exemple, dans l’armée de StarForce face aux Hengeyokaïs, afin d’espérer une seconde chance une fois revenu à la vie civile… s’ils ont survécu. Le fait est que, dans une charpente de cyborg civil, les personnes qui se savaient en fin de vie peuvent espérer quelques décennies de plus.

Mais pour la société, pour leurs proches et pour eux-mêmes, les Cyborgs ne sont plus les individus qu’ils furent autrefois. Finalement, ils ont du mal à savoir non seulement quelle est leur place dans un monde qui se prémunit contre le risque qu’ils représentent, mais qui sont-ils vraiment eux-mêmes, puisque tout ce qu’il reste d’eux n’est, finalement, que leur cerveau. Et encore, puisque ce dernier est en symbiose permanente avec une T2 intégrée qui cogère leur corps artificiel.

Les Hexens :

enfin, les Hexens sont le petit 0,25 % d’humains nés avec des capacités paranormales et extraordinaires dues aux mutations de l’Hexenkunst : on appelle communément ces capacités l’effet Hex. La plupart du temps, rien ne distingue un Hexen d’un humain, mais certaines mutations peuvent avoir engendré des étrangetés et des difformités.

Les Hexens souffrent, comme les humains ayant survécu au virus, d’infertilité, mais en échange ont les avantages décrit plus haut. S’y rajoutent leurs capacités, que l’on considère liées aux Twilight Zones, même si en fait personne n’est sûr de rien ; disons que c’est la meilleure explication possible. Dans la grande majorité des cas, les effets Hex ne représentent pas un réel danger par elles-mêmes… mais il peut tout de même devenir compliqué de cohabiter avec un télépathe, une personne capable de super-force sur une durée limitée ou encore une autre qui déplace des objets sans avoir besoin de les toucher.

Le souci, c’est que l’on parle tout de même d’individus à l’apparence parfois effrayante, aux pouvoirs étranges, qui ont la réputation malheureusement justifiée de provoquer des Twilight Zones et dont un petit nombre peut réellement présenter un danger réel. De plus, tous peuvent, théoriquement, céder à un emballement de leurs capacités.

Si certains Hexens n’ont aucun mal à trouver un boulot très bien payé (principalement les Télépathes, les Devins et les Alchimistes), la majorité des Hexens a du mal à cohabiter avec le reste des humains. La menace et l’étrangeté des Hexens, la peur qu’ils soient la source de Twilight Zone ou encore, car certains le croient, qu’ils puissent être des souches de nouvelle épidémie de l’Hexenkunst a fini par les ostraciser. Beaucoup vivent entre eux, dans des ghettos, d’autres sont pourchassés par les autorités dans les pays non membres de l’UNE et emprisonnés ou déportés et tous se sentent légitimement discriminés et méprisés dans la Nouvelle Humanité du 23ème siècle.

Les rôles de héros : les Archétypes

Leur description en détail viendra plus tard, les rôles exacts ne sont pas encore totalement fixés. Après tout, c’est un travail qui ne s’improvise pas, même si ces concepts sont clairement définis. D’ailleurs, si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à commenter !

L’Agent : spécialiste du combat de rue, avec des armes à feu ou à mains nues, l’Agent est aussi bien un garde du corps qu’un fantassin cyborg ou un chef de gang. Il est le meilleur dans tous les domaines du close-combat.

Le Limier :  officier fédéral, agent de police ou simplement détective, le Limier est celui qui repère et note toujours les détails qui ne vont pas dans une scène ou face à des interlocuteurs. Il est le meilleur dans tous les domaines de l’observation.

Le Technomancien : expert des technologies modernes et de l’informatique, le Technomancien sait déjouer toutes les formes de système de sécurité et de contre-mesure. Il est le meilleur dans tous les domaines du piratage.

Le Négociateur : vendeur de tapis, avocat d’affaires, ou expert légal international, le négociateur est un expert du marchandage, des lois, de négociation entre deux parties, Il est le meilleur dans tous les domaines de la discussion.

La Geisha : sans importance pour le genre, la geisha est une experte de la complexité des relations humaines, de la psychologie et de la sensibilité, des émotions, de l’empathie, qui les mets en pratique pour soulager ou expertiser. Elle est la meilleure dans tous les domaines de l’analyse.

Le Sniper : le tireur d’élite, adepte de toutes les armes à distance, capable de faire mouche avec n’importe quoi pourvu qu’il ait un point de mire. Il est le meilleur dans tous les domaines du tir.

Le Raider : que ce soit sur terre, sur mer, dans les airs ou en orbite, le raider est un expert du pilotage et de la conduite qui s’en tirera, quel que soit le véhicule qu’il va employer. Il est le meilleur dans tous les domaines du pilotage.

Le Mécano : qu’il soit un ingénieur roboticien de pointe ou un mécanicien d’engins agricoles, le mécano est un as de la réparation, du système D et de l’amélioration des systèmes mécaniques, des plus simples aux plus complexes. Il est le meilleur dans tous les domaines de la réparation.

L’Expert : physicien des champs, informaticien, comportementaliste ou psychiatre, l’expert est un individu versé dans les domaines des sciences pures ou appliquées, qu’elles soient du domaine physique, social ou humain. Il est le meilleur dans tous les domaines du savoir.

Le Doc : le doc est aussi bien un infirmier ou vétérinaire qu’un chirurgien expert de haut niveau, capable d’intervenir devant un problème de santé, aussi complexe ou singulier soit-il. Il est le meilleur dans tous les domaines du soin.

Le Tricheur : qu’il soit un as de la falsification, un voleur monte-en-l’air ou un flic spécialiste du travail sous couverture, le tricheur est un expert de l’art de tromper les gens et disparaître sans laisser de traces ou se faire attraper. Il est le meilleur dans tous les domaines de la dissimulation.

Le Baroudeur : guide de haute montagne, photographe de guerre, soldat commando ou simplement flic increvable, le baroudeur est un expert de la survie dans tous les milieux terrestres. Il est le meilleur dans tous les domaines de l’activité physique.

5 pensées sur “Les rôles & les aventures de Futur Immédiat

  • 9 janvier 2020 à 17 h 00 min
    Permalink

    Tiens, il faudra peut-être expliquer pourquoi il y a tant de termes en allemand dans cet univers, alors que les contrées germanophones semblent être en plein dans les Zones d’exclusion.

    Ça peut être qu’il y a eu une importante diaspora allemande qui, après l’Impact, a essaimé et est devenue un des facteurs de résurgence. Ça fait un peu le cliché de « l’ingénieur allemand qui sait tout », mais pourquoi pas?

    Répondre
    • 9 janvier 2020 à 17 h 07 min
      Permalink

      Ha oui, toi aussi tu te demande ?
      Parce que je me pose la même question… et j’ai pas encore de réponse efficace.

      Répondre
      • 9 janvier 2020 à 20 h 46 min
        Permalink

        La réponse extradiégétique (extérieure à la narration), c’est que les termes en allemand sont depuis un moment à la mode dans les mangas et les animés. 🙂

        La réponse intradiégétique peut effectivement partir de là. Ça serait amusant que le « réduit national », cette aberration militaire du milieu du XXe siècle, devienne un siècle plus tard la base d’un renaissance alpine, qui ne se limiterait pas à la Suisse, mais aussi à l’Autriche, l’Italie, peut-être un bout de l’Allemagne du Sud-Est et de la Slovénie.

        Répondre
        • 10 janvier 2020 à 0 h 13 min
          Permalink

          Ben en fait, après quelques prises d’infos, le Réduit National, à l’aube d’une 3ème Guerre Mondiale imminente avant 2032, a repris du service dans l’urgence. Mais soudain, l’Impact frappe, 26 ans de chaos et d’hiver de retombée. Le Réduit National a alors sauvé non seulement bcp de gens, mais surtout, un cœur culturel, une identité nationale, qui a du forcément été la première à émerger de la Fin des Temps ; L’Enclave du Chabais devient le centre d’une réunification qui englobe ses voisins secoués, mais hors de Zones d’Exclusion, et donc, un bout de l’Italie, l’Autriche, un bout de l’Allemagne en effet…. et pourquoi pas la Slovénie, j’achète !
          Merci tu m’a fais le BG de l’État fédéré Helvétique (je me demande si je vais pas le renommer Confédération Hélvétique, d’ailleurs).
          Et donc, cela explique l’influence culturelle de l’allemand dans le monde de Futur immédiat. De plus, l’UNISA, la langue internationale, est un mélange de langues européennes, dont l’allemand
          !

          Répondre
    • 9 janvier 2020 à 17 h 10 min
      Permalink

      J’aime bien ton explication. La mienne était en relation avec l’Enclave du Chablais, le technopôle Suisse qui a recrée la Trame et donc les réseaux internets, d’autant que la Suisse a légèrement grandi depuis le 21ème siècle (genre, elle entre autres une partie de l’Autriche). Mais je pensais à une diaspora, oui.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :